Diaspora/Portrait

Chimamanda Ngozi Adichie publie un recueil de poèmes en 1997 (Decisions) et une pièce de théâtre en 1998 (For Love of Biafra). Elle est nominée pour le prix Caine10 pour sa nouvelle You in America11 et sa nouvelle That Harmattan Morning obtient le Prix de la Nouvelle du BBC World Service.

Sa carrière en littérature prend son envol avec la publication en 2003 de L'Hibiscus pourpre (Purple Hibiscus), roman d'initiation où un frère et une sœur finissent par retrouver leur voix. Loué par la critique, ce premier roman est nominé au Baileys Women's Prize for Fiction en 2004 est proclamé Meilleur premier livre du prix littéraire Commonwealth Writers' Prize en 200514.

Son second roman, L’Autre Moitié du soleil (Half of a Yellow sun), paru en 2006, tire son nom du drapeau de l’éphémère nation du Biafra et se situe avant et pendant la Guerre du Biafra où l'on suit la vie de deux sœurs qui sont séparées par cette guerre. Publié par Knopf/Anchor en 2006 (en France par Gallimard le 25 septembre 2008 pour la traduction française), il est couronné par le prix Orange Prize for Fiction en 200715 ainsi que le Anisfield-Wolf Book Award16. Le roman sera adapté en film par Biyi Bandele, avec en acteurs principaux Chiwetel Ejiofor et Thandie Newton en 201417.

Son troisième ouvrage, le recueil de nouvelles Autour de ton cou (The Thing Around Your Neck), publié en avril 2009, inclut la nouvelle Les Marieuses. En 2010, elle est listée parmi les « 20 auteurs de moins de 40 ans à suivre » du New Yorker.

En 2013 paraît son quatrième ouvrage, un roman intitulé Americanah dont le récit suit le parcours d'une jeune femme nigériane, nommée Ifemelu, qui a émigré aux États-Unis, et d'un jeune homme émigré, lui, au Royaume-Uni. Ifemelu est confrontée à la pauvreté, la discrimination, le racisme, jusqu'au moment où elle devient une star de la blogosphère19,20. Elle devient la « première blogueuse en matière de race »21. Le titre du roman renvoie à la façon dont les Nigérians appellent les expatriés qui reviennent des États-Unis22,23. Il est sélectionné par le New York Times comme l'un des « 10 meilleurs livres de 2013 »24.

Lupita Nyong'o achète les droits d'adaptation cinématographiques du roman afin de produire un film dans lequel elle incarnerait le personnage principal aux côtés de Brad Pitt22.

Chimamanda Ngozi Adichie décrit avec humour caustique les problèmes de racisme et de domination21.

Dans Chère Ijeawele publié en 201725, Chimamanda Ngozi Adichie propose une éducation féministe en quinze points qui devrait être donnée dès le plus jeune âge26,27. Ce manuel de quinze points est devenu entre-temps un veritable phénomène et il est traduit dans près de 20 langues. La chanteuse Beyoncé l'a repris dans sa chanson Flawless, et la marque Dior a inscrit le titre sur des tee-shirts.

A propos de l'engagement féministe de Chimamanda Ngozi Adichie, elle dit dans une interview de 2014 : « I think of myself as a storyteller, but I would not mind at all if someone were to think of me as a feminist writer... I'm very feminist in the way I look at the world, and that world view must somehow be part of my work. »

En 2017, elle est élue à l'Académie américaine des arts et des sciences, l'un des plus grands honneurs intellectuels aux Etats-Unis.

Engagement

Elle donne un discours TED mis en ligne en 2009 et intitulé The Danger of a Single Story (« Le danger d'une histoire unique »). Ce texte évoque l'influence qu'ont les histoires et les approches narratives dans les mécanismes de domination culturelle, sociale, raciale, économique et politique, si ces histoires sont univoques ou ne proviennent que d'une seule partie de la société ou du monde, résonnant ainsi comme une «histoire unique». Mais elle insiste aussi sur le pouvoir qu'ont les histoires, d'autres histoires, venant de toutes sortes d'endroits et de personnes, de contrebalancer cette histoire unique, en nous faisant accéder à une vision du monde plus complète, et plus humaine31.

Elle intervient dans l'album de Beyoncé en 2013 sur le titre Flawless dans lequel une partie de son discours We Should all be Feminists (« Nous devrions tous être des féministes », discours traduit en français sous le titre « Nous sommes tous des féministes »), qui a été prononcé pour une conférence TEDx en décembre 2012, est « samplé ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents